•  

     

    Cette année, le thème de notre exposition s'intitulait :

                                                 « Saint Fargeau 1918 et Après »

     

    Depuis dimanche 25 novembre, elle est terminée.

    Avons-nous bien atteint nos objectifs ?

    Ceux de montrer aux habitants de Saint Fargeau ce que fut la vie des gens qui les ont précédés dans notre commune au temps de la si mal nommée, « Belle Époque », à l'heure de la paix enfin revenue.

     

    Oui, les objectifs semblent être atteints si l'on en juge par l'intérêt qu'ont manifesté les 200 personnes que nous avons accueillies pendant ces quinze jours.


    Intérêt pour le Monument aux Morts qui soudain « nous parle » parce que les symboles qu'il contient ont été décryptés.

    Découverte des aventures de l'antique cloche de l'église qui se brisa à force de clamer urbi et orbi que l'armistice était signé.

    Chaque panneau montre  comment entre chagrin et soulagement nos villages engourdis pour quatre ans, lentement ont repris vie malgré les difficultés économiques. Comment la ville doucement s'est décidée à  refaire des projets. Comment les associations ont ranimé les fêtes. Et puis aussi, comment les querelles politiques ont retrouvé toute leur vigueur !

    Étude de la vie quotidienne qui si peu évolua chez nous ! De la place des femmes et des conditions de retour des soldats...

     

    Mais surtout, surtout, nos visiteurs se sont penchés avec gravité sur les listes des poilus. Ceux qui sont revenus ; cause de joie et de soulagement. Et ceux qui sont morts ou pire encore, ont disparu ; cause de tragique douleur ; mémoire encore vive dans certaines familles, 100 ans après...

    Car chaque famille, comme partout en France a « son poilu ». Mais le temps a passé et on ne connaît souvent plus très bien son histoire. Et là, devant les panneaux, ou à lire les classeurs, soudain la mémoire se vivifie.

    Mieux, certains ont gardé des documents, des lettres, des photos. Ils se sont appliqués avec enthousiasme à nous les faire partager, enrichissant ainsi nos archives de leurs précieux témoignages et compléments d'informations sur les familles.
    D'autres nous ont prêté des objets: porte obus, plaques commémoratives de soldats décédés, monnaies de l'époque, cartes postales comme celle du Monument aux Morts de Septfonds ou de touchants portraits,...

    Ne pas oublier aussi tous ceux qui en retour nous ont demandé une photocopie de tel ou tel document.

     

    Tout  comme lors des expositions précédentes : « La Grande Guerre », « l'Histoire des Écoles », « l'Histoire des Commerces », une fois de plus, notre exposition a été l'occasion de créer du lien, de faire des rencontres, de provoquer en somme des échanges chaleureux et fructueux.

    Et c'est bien là que réside le meilleur de nos objectifs : partager en toute bienveillance nos connaissances et construire ensemble la mémoire vivante de notre commune.

    Un grand merci à tous les visiteurs et tout particulièrement à ceux qui ont contribué à rendre cette exposition si riche et si attractive.

     

    Brigitte Demay

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    "Saint-Fargeau : 1918 et après"

     

    Ainsi que partout en Europe et en France se préparent de nombreuses manifestations pour commémorer l’armistice de 1918, notre association propose une exposition qui célèbrera la fin de la Grande Guerre et l’empreinte que celle-ci a laissée dans notre ville.

    Bien sûr, à Saint-Fargeau comme ailleurs, on a accueilli avec allégresse et un immense soulagement la fin des hostilités et la victoire. Mais la joie est trop mêlée au deuil ; la guerre n’a pas été une simple parenthèse : hommes et femmes vont en subir pour longtemps  les conséquences qui vont changer la société et les mentalités. Notre exposition se fait l’écho de ces difficultés et de ces évolutions.

    Tout d’abord, la fin du conflit sonne le retour des poilus. Derrière le bonheur des retrouvailles se cachent aussi de terribles souffrances pour les familles. Parmi les combattants survivants nombreux sont les mutilés et les traumatisés. Et puis, il y a ceux qu’on  n’attendra plus : pères, fils, frères, époux « morts pour la France ». Vient plus tard le temps douloureux du rapatriement des corps et de leur inhumation dans notre cimetière.

     A cela s’ajoute la nécessité de faire face à toutes sortes de difficultés liées à la situation économique très dégradée au début des années 20 (inflation, appauvrissement des veuves, reconversion professionnelle, redémarrage des productions agricoles …)

    Cependant, une nouvelle vie émerge lentement. Les poilus se regroupent en Amicales très  actives qui irradient l’ensemble de la société. Dans les fermes et dans la ville, les hommes et les femmes se remettent au travail dans les champs  et les ateliers, les enfants retrouvent le chemin de l’école. Le maire de Saint-Fargeau et les élus pallient la pauvreté par des aides financières aux indigents (veuves et vieillards). Les orphelins, « pupilles de la nation »,  sont pris en charge par l’État. Des associations organisent de nouveau des activités sportives et culturelles.

    Par ailleurs, à Saint-Fargeau comme partout en France, les populations et les pouvoirs publics ont à cœur d’entretenir le souvenir de cette tragédie. Des manifestations, des commémorations nombreuses rassemblent les citoyens et, en 1924, l’érection du Monument aux Morts, en dépit de quelques polémiques, donne lieu à une cérémonie où s’exprime la ferveur de tous.

    A la fin des années 20 se profile le spectre de la grande crise…mais c’est une autre histoire.

    Vous verrez, chers amis de l’Histoire et du Patrimoine, une série de panneaux consacrés à ces différents thèmes ; illustrés de photos, de documents d’archives, de lettres, de coupures de presse …ils reconstituent la période de la sortie de guerre dans notre commune et cherchent à faire entendre les voix des vivants et des morts qui résonnent encore dans notre mémoire. Et, peut-être pourrez-vous, à votre tour, porter à notre connaissance des correspondances, des photos, des souvenirs qui permettront de reconstituer d’autres itinéraires individuels ou familiaux dans l’histoire de Saint-Fargeau.

    L’exposition se tiendra à l’Office du Tourisme du 9 au 25 novembre, tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 17h, sauf le lundi matin.

    Françoise Lelard, Secrétaire adjointe.

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    affiche

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire